Christian NIRONI


L'Homme bleu est né d'une interrogation.
Comment tirer parti de l'image vidéo pour rendre compte de la matière?
Ce postulat m'a conduit à filmer les sculptures dans l'atelier, sans autre but que de jouer très librement avec une technologie que je découvrais.
Il m'est apparu qu'un très simple jeu de lumière associé à des mouvements de caméra, avaient pour conséquence d'animer les objets.
Dans ce contexte, les petites scénettes ont vu le jour sans aucun lien les unes avec les autres et sans objectif apparent.
Toutes ces prises de vue sont restées longtemps endormies dans des fichiers informatiques, et des amis, à qui un jour je montrais ces images, m'ont suggéré d'en faire «quelque chose».
Petit à petit, en les revisitant, les images se sont liées, créant des analogies et des antagonismes.
Sur la table de montage est née, jour après jour, une histoire qui avait pour héros une petite sculpture bleue en terre cuite.
Les textes délicats et complices d'Evelyne Peschard jalonnent ce «court-court métrage» d'animation.
Une épopée poétique venait de naître.